Totorro

TOTORRO est un groupe unique, difficile à catégoriser, qui offre des repères, certes, mais des sensatons et des émotions qu’on n’a jamais assemblées de cette façon. Une musique instrumentale qui en dit long, où chaque épisode raconte des choses qui rendent les mots inu;les. Pas de chanteur, on observe les deux guitaristes (Christophe Le Flohic et Jonathan Siche), le bassiste (Xavier Rose), et le batteur (Bertrand James). Tout s’imbrique à la perfecton. Ils ont passé des heures et des heures ensemble et ça se sent. L’union fait la force.

Certains qualifient sa musique de math-rock, pour exprimer une certaine complexité dans la structure des évènements, mais les morceaux se vivent comme des histoires racontées… finalement assez éloignées des maths !

Leur premier album, “Home Alone”, sort en Avril 2014, est l’oeuvre synthétisée de TOTORRO. Une sorte de point de départ annonciateur d’un niveau d’exigence excep;onnel. Leur musique complexe se transforme sur scène en une énergie qui tend la main au public, comme pour lui dire “viens dans notre grand-huit on va bien s’amuser”. Et ça marche. Aussi bien les quarantenaires fans de Sonic Youth que les adolescentes fans de

Beyoncé se retrouvent embarqués dans ce moment ludique et surpuissant.
La rentrée 2016 se verra égayée par la sortie de leur deuxième album, le 21 octobre précisément : “Come to Mexico”, soit, le chapitre II d’un bon livre. On entre plus en profondeur dans leur rock frais et lourd, technique mais fun, malin et naïf. Une bonne limonade sous un soleil de plomb. Come to Mexico !